Mesdames et messieurs les présidents d’associations départementales,

Mesdames et messieurs les directeurs,

 

Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint un communiqué de presse de l’AMF.

Vous en souhaitant bonne réception,

Cordialement,

      Elodie VIN                                                   

      Direction Générale / Direction Adjointe

      Secrétariat des Relations avec le Parlement                           

      Tel. 01 44 18 14 42 / Fax 01 45 55 95 71      

      41, quai d’Orsay 75343 PARIS CEDEX 07

     Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. / www.amf.asso.fr

 

 

Présentation du Vade-mecum sur l’attribution des places en crèche

François Baroin, président de l’AMF et Elisabeth Laithier, adjointe au maire de Nancy, co-présidente du groupe de travail petite enfance de l’AMF, ont présenté ce jour à Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la santé, ainsi qu’à Marlène Schiappa, secrétaire d'Etat, chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations, le vade-mecum relatif à l’attribution des places en crèche, réalisé dans le cadre de la mission qu’avait confiée les deux ministres à l’AMF avant l’été.

Cette mission vient mettre en exergue les efforts déployés par les élus locaux pour proposer à leurs habitants des services publics de qualité. Il est le fruit d’un travail concerté avec l’ensemble des acteurs du champ de la petite enfance au premier rang desquels les communes et intercommunalités.

Au-delà des expériences locales qui illustrent les nombreuses préconisations, ce vade-mecum constitue un réel outil synthétique d’aide à la décision, à la disposition des élus locaux, les accompagnant dans la formalisation d’une procédure d’attribution des places en crèche plus efficace et transparente.

Des expérimentations sont prévues dans une dizaine de territoires volontaires.

Le vade-mecum est téléchargeable sur le site de l’AMF www.amf.asso.fr

Mesdames et messieurs les Directeurs d’Associations départementales,

Vous trouverez ci-joint un communiqué de presse portant sur l’engagement de l’AMF pour l’allègement de la fiscalité locale afin de défendre les commerces de proximité.

Vous en souhaitant bonne réception,

Cordialement,

Catherine Filaine

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. " width="169" height="89">

Catherine FILAINE

Assistante du Directeur Général

Association des Maires de France

et des Présidents d’Intercommunalité

41, quai d'Orsay - Paris 7ème

Tél : 01.44.18.13.51.

 

/ COMMUNIQUE DE PRESSE / COMMUNIQUE DE PRESSE /

 

L’AMF s’engage, à l’initiative de David Lisnard, pour l’allègement de la fiscalité locale afin de défendre les commerces de proximité

 

Sensible à la distorsion de concurrence que subissent les commerces de proximité face au e-commerce, le bureau de l’AMF a validé la proposition de David Lisnard, Vice-Président de l’AMF et maire de Cannes de défendre l’allègement de la fiscalité locale au profit des commerces de proximité. L’Association des Maires de France a d’ores et déjà saisi les députés et sénateurs afin que cette proposition soit étudiée lors de l’examen au Parlement de la loi de finances pour 2019.

Vous pouvez lire la suite dans le document en fichier joint.

Madame, Monsieur le Maire, l'AMD92 vous relaye ce message de l'AMF reçu ce jour.

Mesdames et messieurs les présidents d’association départementale,

Mesdames et messieurs les directeurs,

Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint un communiqué de presse de l’AMF.

Vous en souhaitant bonne réception,

Cordialement,

      Elodie VIN                                                   

      Direction Générale / Direction Adjointe

      Secrétariat des Relations avec le Parlement                           

      Tel. 01 44 18 14 42 / Fax 01 45 55 95 71      

      41, quai d’Orsay 75343 PARIS CEDEX 07

     Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. / www.amf.asso.fr

 

L’Association des maires de France et des présidents d’intercommunalité (AMF) et l’Union Nationale des Missions Locales (UNML) s’opposent fermement aux

« expérimentations visant à fusionner les structures de la Mission locale au sein de Pôle emploi avec une gouvernance adaptée » proposées par le Premier ministre, suite à l’Atelier Cap 2022.

Ces propositions ont été reprises dans une note établie par la DGEFP et Pôle emploi (voir pièce jointe). Cette note, qui définit les « éléments de méthode » à destination des DIRECCTE et des DR de Pôle emploi sur les « expérimentations Missions locales », a été écrite sans concertation avec les élus. L’AMF et l’UNML refusent cette mise sous tutelle des Missions locales par Pôle emploi qui ne simplifieront pas les démarches des jeunes usagers du service public de l’emploi, mais les excluront de l’accès au droit à l’accompagnement.

Les élus ne veulent pas abandonner leurs responsabilités et confier les dialogues de gestion et l’animation des équipes des missions locales à Pôle emploi, tout en maintenant leurs contributions financières. A ce titre, l’AMF et l’UNML demandent que les crédits de fonctionnement des Missions Locales soient maintenus par l’Etat à hauteur de 206 millions d’euros, pour ne pas opérer un transfert de charges de l’Etat vers les collectivités locales, que ces dernières ne pourront assurer.

L’AMF rappelle son attachement aux missions locales, présidées par les représentants des collectivités locales, qui exercent un service public de proximité auprès des jeunes et des entreprises.

Grace à la présence des élus, elles pilotent l’élaboration et la mise en œuvre d’une politique territoriale favorisant l’accès des jeunes à l’emploi et à l’autonomie, en partant de leurs projets, en lien direct avec le contexte des bassins d’emploi. Elles sont à la fois les acteurs territoriaux des politiques de jeunesse et les opérateurs du déploiement des dispositifs publics d'insertion sociale et professionnelle des jeunes.

Les éventuelles expérimentations annoncées de fusion de missions locales avec Pôle emploi, dont la configuration même est irréaliste, remettront en cause la spécificité de l’accompagnement global et personnalisé des jeunes et l’ancrage territorial des Missions Locales, reposant sur l’engagement politique et financier fort des élus, gages de la performance de leurs actions.

L’AMF et l’UNML recommandent aux maires comme aux présidentes et aux présidents des missions locales ou des ARML de faire preuve de la plus grande prudence et de ne pas s’engager dans une expérimentation avec Pôle emploi, qui remettrait inévitablement  en cause la responsabilité des élus et la qualité de l’action territoriale des Missions Locales pour l’insertion de tous les jeunes.

L’AMF et l’UNML demandent au gouvernement de clarifier ses intentions quant au devenir des missions locales et au rôle qu’entend donner l’Etat aux collectivités locales dans la politique de l’emploi.

Télécharger la note établie par la DGEFP et Pôle emploi

Contacts presse :

UNML :                                                                                                 AMF :

Edith Le Gourrier                                                                                Marie-Hélène Galin

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.                                                                        Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Tél. : 01 75 43 32 32                                                                             Tél. : 01 44 18 13 59

Madame, Monsieur le Maire, l'AMD 92 vous relaye ces informations reçues ce jour de l'AMF dans le cadre de la solidarité des maires avec les commune sinistrées.

 

 

 

Mesdames et messieurs les présidents d’association départementale,

Mesdames et messieurs les directeurs,

Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint un communiqué de l’AMF.

Vous en souhaitant bonne réception,

Cordialement,

      Elodie VIN                                                   

      Direction Générale / Direction Adjointe

      Secrétariat des Relations avec le Parlement                           

      Tel. 01 44 18 14 42 / Fax 01 45 55 95 71      

      41, quai d’Orsay 75343 PARIS CEDEX 07

     Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. / www.amf.asso.fr

 

Inondations dans l’Aude : solidarité des maires de France avec les populations des communes sinistrées

De nombreuses communes subissent actuellement de très graves inondations dans le département de l’Aude. L’Association des maires de France et des présidents d’intercommunalité s’associe à la douleur des familles touchées par ces événements. Elle exprime son entière solidarité aux maires et aux habitants des communes concernées.

L’ampleur inédite de ces intempéries mobilise les maires, les élus locaux et les agents des collectivités territoriales et des services de l’Etat pour prévenir, porter secours et réparer.

François Baroin et André Laignel, au nom du Bureau de l’AMF, rendent hommage aux équipes municipales engagées sans relâche pour aider les sinistrés et rétablir les services de première nécessité.

L’AMF souhaite que les procédures de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle soient conduites avec la plus grande rapidité chaque fois qu’elles seront nécessaires.

Madame, Monsieur le Maire,

Vous pouvez consulter le communiqué de presse adressé par l'AMF

"Taxe d’habitation : un dénigrement irresponsable des maires de France"

 

 

Bonne réception,

      Elodie VIN                                                   

      Direction Générale / Direction Adjointe

      Secrétariat des Relations avec le Parlement                           

      Tel. 01 44 18 14 42 / Fax 01 45 55 95 71      

      41, quai d’Orsay 75343 PARIS CEDEX 07

     Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. / www.amf.asso.fr

   

Taxe d’habitation : un dénigrement irresponsable des maires de France

La campagne de stigmatisation lancée contre les maires à propos de la taxe d’habitation est inqualifiable et inacceptable. Elle altère la dignité du débat public. Elle confirme l’absence de considération portée aux maires, aux élus et aux territoires.

L’AMF demande solennellement au Président de la République de faire cesser cette séquence déplorable, caricaturale et étrangère à tout esprit de responsabilité, qui nourrit un peu plus les populismes qu’il prétend, par ailleurs, combattre. Le gouvernement et le parti majoritaire portant une responsabilité majeure dans le dérapage insupportable observé ces dernières heures. 

Sur les réseaux sociaux, la campagne de dénigrement enclenchée par les groupes se réclamant du parti majoritaire autour du hashtag #BalanceTonMaire, par référence à une campagne mondiale stigmatisant des délits ou des crimes, est vécue par tous les élus comme une insulte personnelle que rien ne peut justifier. Ils attendent légitimement des excuses publiques.

Les maires rendront compte de leur gestion devant les Français comme ils le font depuis toujours tous les six ans. Il n’est pas nécessaire que l’Etat leur fasse la leçon au moment où son déficit continue de se creuser alors que les communes contribuent à sa réduction et sont les premiers investisseurs publics loin devant l’Etat.

85 % des communes n’ont pas augmenté leurs taux de taxe d’habitation. Les 15 % qui l’ont fait n’ont pas été motivées par des considérations de politique nationale, mais par la recherche de financements nécessaires à l’accomplissement de leurs missions dans un contexte de baisse de leurs moyens. Elles l’ont fait dans le cadre des responsabilités qui leur sont confiées par la loi et qui participent de la libre administration des collectivités locales garantie par la Constitution.

En agissant ainsi, l’Etat s’engage dans une impasse, aggrave la crise de confiance, déjà forte, avec les territoires et s’isole un peu plus des acteurs publics locaux dont il a besoin pour porter des politiques publiques qu’il n’a plus les moyens d’assumer seul.

Cette séquence ne fait que renforcer l’appel de Marseille à une nouvelle vague de décentralisation qui permettra aux Françaises et aux Français de savoir qui fait quoi, qui paye quoi, qui est responsable de quoi. La hausse de la fiscalité locale résulte désormais en très grande partie des décisions de l’Etat qui s’éloigne de l’esprit de la décentralisation et du respect de la libre administration des collectivités locales.

     Marie-Hélène Galin

      Chef du service de la communication

      Tel. 01 44 18 13 59

      41, quai d’Orsay 75343 Paris cedex 07

      www.amf.asso.fr

Mesdames et messieurs présidents d’association départementale,

Mesdames et messieurs les directeurs,

Veuillez trouver ci-joint un communiqué de presse de l’AMF.

Vous en souhaitant bonne réception,

Cordialement,

 

      Elodie VIN                                                   

      Direction Générale / Direction Adjointe

      Secrétariat des Relations avec le Parlement                           

      Tel. 01 44 18 14 42 / Fax 01 45 55 95 71      

      41, quai d’Orsay 75343 PARIS CEDEX 07

     Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. / www.amf.asso.fr

 

Mesdames et messieurs les présidents d’associations départementales,

Mesdames et messieurs les directeurs,

Je vous prie de bien vouloir trouver en fichier joint, un communiqué de presse de l’AMF.

"Communiqué de presse AMF - Réunion du bureau de l’AMF : les élus inquiets des orientations recentralisatrices de l’exécutif"

Vous en souhaitant bonne réception,

Cordialement,

 

      Elodie VIN                                                   

      Direction Générale / Direction Adjointe

      Secrétariat des Relations avec le Parlement                           

      Tel. 01 44 18 14 42 / Fax 01 45 55 95 71      

      41, quai d’Orsay 75343 PARIS CEDEX 07

     Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. / www.amf.asso.fr

 

Mesdames et messieurs les présidents d’association départementale,

Mesdames et messieurs les directeurs,

Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint un communiqué de presse de l’AMF.

Vous en souhaitant bonne réception,

Cordialement,

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. " width="205" height="108">

      Elodie VIN                                                   

      Direction Générale / Direction Adjointe

      Secrétariat des Relations avec le Parlement                           

      Tel. 01 44 18 14 42 / Fax 01 45 55 95 71      

      41, quai d’Orsay 75343 PARIS CEDEX 07

     Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. / www.amf.asso.fr

 

Pièces jointes :
Télécharger ce fichier (CP AMF_ Plan pauvreté_1409.pdf)CP AMF_ Plan pauvreté_1409.pdf343 kB

Mesdames et messieurs les présidents d’association départementale,

Mesdames et messieurs les directeurs,

Vous trouverez ci-joint un communiqué de presse de l’AMF relatif au 10 ans du CNEN.

Vous en souhaitant bonne réception,

Cordialement,

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. " width="205" height="108">

      Elodie VIN                                                   

      Direction Générale / Direction Adjointe

      Secrétariat des Relations avec le Parlement                           

      Tel. 01 44 18 14 42 / Fax 01 45 55 95 71      

      41, quai d’Orsay 75343 PARIS CEDEX 07

     Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. / www.amf.asso.fr

 

Mesdames et messieurs les présidents d’associations départementales,

Mesdames et messieurs les directeurs,

Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint un communiqué de presse de l’AMF.

Vous en souhaitant bonne réception,

Cordialement,

      Elodie VIN                                                   

      Direction Générale / Direction Adjointe

      Secrétariat des Relations avec le Parlement                           

      Tel. 01 44 18 14 42 / Fax 01 45 55 95 71      

      41, quai d’Orsay 75343 PARIS CEDEX 07

     Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. / www.amf.asso.fr

 

Ouverture des emplois de direction aux contractuels :

la décision du Conseil constitutionnel est une opportunité pour le gouvernement de renouer le dialogue

 

Saisi début août sur la constitutionnalité de plusieurs articles de la loi Pour la liberté de choisir son avenir professionnel, le Conseil constitutionnel a censuré hier l’article 112 qui ouvrait largement les emplois de direction de collectivités territoriales aux contractuels.

L’AMF avait dénoncé, dès juillet, les nombreux risques induits par cette mesure : renchérissement des rémunérations, risques de conflits d’intérêts, dévalorisation du service public. Cette ouverture remettait en cause l’existence même du statut en ignorant le principe de l’égalité d’accès aux emplois publics, et donc du concours, conforme à la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen.

Au-delà de la méthode, que le conseil constitutionnel a censurée, et alors même que des négociations sont en cours sur la fonction publique ; qu’un texte de loi est annoncé pour 2019, l’AMF considère qu’il est possible pour le gouvernement de relancer le dialogue et la concertation sur cette question : en effet, l’utilité d’ouvrir les postes de direction de la Fonction publique territoriale aux contractuels doit être reconsidérée d’autant que cette disposition existe déjà pour les emplois fonctionnels des communes et EPCI de plus de 80 000 habitants.

Si l’AMF souhaite voir l’adaptation de la Fonction publique territoriale aux évolutions structurelles et technologiques des besoins et demandes des citoyens, comme elle a su le faire ces trente dernières années pour la moderniser et la faire évoluer, elle réaffirme son attachement au statut et demande au gouvernement de mieux associer le Conseil supérieur de la fonction publique territoriale (CSFPT) et les employeurs communaux et intercommunaux aux décisions concernant leurs agents.