Le rendez-vous des acteurs des collectivités de l'ouest parisien

A vos agendas mercredi 10 octobre 2018

 

OUVERTURE DES INSCRIPTIONS

 

JE PARTICIPE

 

Universités des Mairies
Mercredi 10 octobre 2018

 

9 Tables rondes

12 Ateliers

3 Formations

 

“Participer à ces universités des mairies, c’est permettre à nos élus de se rencontrer, d’assister à des formations et des tables rondes de qualité. Cela nous offre aussi la possibilité d’échanger avec nos collègues, dans un contexte différent, sur toutes les problématiques que nous partageons au sein de nos communes”.

Jacques GAUTIER, Maire de Garches et Président de l’Association des Maires des Hauts-de-Seine

Jacques Gautier

 

Guy Pelissier

“Nous aurons cette année le plaisir d’accueillir pour la première fois nos collègues des Hauts de Seine pour partager cette journée qui offrira la possibilité d’échanger sur vos expériences et vos idées, d'assister à un programme ambitieux et riche axé sur les thèmes d'actualité au cœur de vos préoccupations”.

Guy Pelissier, Maire de Béhoust et Président de l’Union des Maires des Yvelines

 

 Zoom sur... 

 

15h30
16h15

Atelier 9. Numérique
“Le numérique tout au long de la vie : éducation, emploi, citoyenneté”

 

Clavier

 

Le numérique est aujourd’hui un facteur d’intégration sociale et professionnelle pour les citoyens et un facteur d'attractivité pour les communes. A l’heure où le développement du Très Haut Débit s’intensifie dans le département, quels sont les moyens à la disposition des maires pour favoriser cette intégration et dynamiser l'activité de leur territoire ? + lire la suite

Animatrice : Marie-Laurence Chateau, ActivitY’

Intervenant : Sonia Rezgui, ActivitY’

 

9h15
11h15

Formation 2.
Comment concilier gouvernance politique et opérationnelle ?

 

Couple

 

Entre des élus, d’un côté et des administratifs, de l’autre, la gouvernance des collectivités doit satisfaire des exigences souvent différentes, parfois contradictoires, et se retrouve tiraillée entre enjeux électoraux et enjeux opérationnels. + lire la suite

Intervenants :
Pierre Cadot, Directeur du Cabinet Aveier
Philippe Charpy, Président d’Atoa

 

15h
17h

Table ronde 8. Bâtiment & Patrimoine
“Construire durable en Ile-de-France”

 

Patrimoine

 

> Comment conduire (engager) la rénovation énergétique de nos Ecoles, Collèges et Lycées ?
> Comment convaincre et être accompagné pour construire, réhabiliter ou isoler un bâtiment de manière durable ?
> Quels sont les bénéfices de la démarche “Bâtiments durables franciliens” pour ma collectivité ?

Animateur : Luc Gigonnet, Direction des bâtiments de la ville de Versailles
Intervenant : Laurent Perez, Directeur d’Ekopolis
Témoins :
Florence Presson, Adjointe au Maire de Sceaux
Un architecte Maîtrise d’oeuvre et une collectivité Maître d’ouvrage

 

logos

 
 

www.universitesdesmairies78.fr

ne plus recevoir de newsletter

 

Acteurs publics TV

 

Les Rencontres des acteurs publics

 
 
 
 

En direct sur Acteurs publics TV à partir de 9h30

 
 


La citoyenneté est en débat toute la journée en direct sur Acteurs publics TV, à l'occasion de cette nouvelle édition des Rencontres des acteurs publics organisée au Conseil d’État.

Début des échanges à 9 h 30, avec l’intervention du vice-président du Conseil d'État, Bruno Lasserre. À 10 heures, les intervenants débattront de la manière d'associer les citoyens aux décisions alors que la culture de la verticalité dans l’administration reste prégnante. Puis les experts s'intéresseront aux services publics à l'heure de la coconstruction. Ces rencontres seront aussi l'occasion de s'interroger sur l'évaluation mais également sur le rôle de l'éducation nationale en matière de formation à la citoyenneté. Autant d’enjeux mis en perspective et en prospective toute la journée.

 
 
 
 
 

LA WEB TV DU MANAGEMENT PUBLIC - ÉTAT - COLLECTIVITÉ - HÔPITAL

RETRANSMISSION - PROGRAMMATION - PRODUCTION - DIFFUSION

 
 


Pour ne plus recevoir d'informations, merci de cliquer sur le lien suivant : se désinscrire

counter

 

 

 

Madame Monsieur,

vous pouvez consulter, la Newsletter de l'AMIF

 

 

Newsletter hebdomadaire - du 24 au 28 septembre 2018

 

APPEL À CANDIDATURES 2ème Trophées des Maires bâtisseurs
-
L'AMIF en partenariat avec l'EPF Ile-de-France lance la 2ème édition des Trophées des Maires bâtisseurs


Dans un contexte toujours plus complexe, qu'il s'agisse de la mobilisation foncière, du financement des équipements, de l'organisation des consultations d'opérateurs, du consentement des riverains et des habitants de la ville, ou encore de la diversité des logements autorisés, les Maires sont novateurs et représentent le logement au sein de leur ville.

Trois prix (Agglomération Centrale, Agglomération des Pôles de Centralités, ainsi que pour les Bourgs - Villages - Hameaux) seront décernés pour des projets de logements développés. Un Grand prix sera décerné à une commune quelle que soit sa catégorie.


Pour en savoir plus
 


Petits commerces : ils doivent être tous accessibles !


Le million de petits commerces, cabinets médicaux et établissements recevant du public (ERP) dits de 5ème catégorie avaient trois ans pour se rendre accessibles à compter du 27 septembre 2015. La date buttoir était donc le 26 septembre 2018.


Pour en savoir plus


VICTOIRES SPORTIVES 2018 - PRIX " VILLE SPORT POUR TOUS "
-
LA RÉGION ILE-DE-FRANCE LANCE L'ÉDITION 2018 DES VICTOIRES SPORTIVES FRANCILIENNES


Cet événement a pour objectif de récompenser les athlètes, les équipes, les clubs, les officiels, les bénévoles, les entreprises ou encore les personnalités qui ont marqué la saison sportive 2017 / 2018 sur le territoire francilien.

Pour cette nouvelle édition, un prix " Ville Sport pour tous " sera lancé pour la première fois, ouvert à l'ensemble des collectivités de la Région Ile-de-France. L'idée est de favoriser à travers ce prix les communes ou EPCI ayant mis en place une politique sportive favorisant l'accès aux sports des publics les plus éloignés de la pratique sportive.

Les dossiers sont à retourner au plus tard le 3 octobre 2018 à l'adresse suivante :

Région Ile-de-France
Service des Sports
À l'attention de Mme Jeannie JACQUES-ANDRE-COQUIN
2 rue Simone Veil - 93400 SAINT-OUEN
Tél : 01 53 85 51 53
Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

En savoir plus 

Téléchargez le dossier


PARTENARIAT
-
RENDEZ-VOUS AU SALON AUTONOMY


C’est avec plaisir que nous vous annonçons notre partenariat avec Autonomy, le Sommet de la Mobilité Urbaine. Nous vous attendons nombreux à la Grande Halle de La Villette du 18 au 20 Octobre 2018.

Autonomy offre à l’écosystème de la mobilité urbaine une véritable plateforme innovante et collaborative permettant aux leaders d’opinion, décideurs politiques, innovateurs et au grand public d’échanger autour des nouvelles solutions pour se déplacer en ville.

Grâce à notre partenariat, vous pouvez bénéficier de 20% de réduction sur votre Pass avec le code *AUTONOMYAMIF2018*. Réservez votre ticket ici :https://www.autonomy.paris/reserver-votre-pass/

 
 
 

 

Association des Maires Ile-de-France
26 rue du Renard
75004 Paris

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 

 

 


Madame, Monsieur,

Vous pouvez consulter la Newsletter de la journée nationale du commerce de proximité (JNCP) en cliquant sur le lien suivant:

Newsletter JNCP

La Mission Ecoter souhaite vous faire part de son prochain Colloque :

 

 

 

Les bonnes questions à se poser sur la 5G

  Colloque de la Mission Ecoter

Mercredi 12 décembre 2018

13h30 -17h30

 (Accueil à partir de 13h15)

Caisse des Dépôts et Consignations - 56 rue de Lille - 75007 Paris 

(Salle Gérard Bureau) - Plan d'accès

Invitation mais inscription obligatoire sur www.ecoter.org

Selon le rapport Ericsson sur la mobilité publié le 28 novembre 2017, la 5G couvrira plus de 20% de la population mondiale dans six ans.
Promesse d’un saut de performances en termes de débits multipliés par dix et de délais de transmission divisés d’autant, la 5G fait l’objet d’expérimentations notamment au Japon, aux Etats-Unis, en Suède et en Allemagne. La Corée du Sud a attribué mi-juin les bandes de fréquences dédiées à la 5G aux opérateurs qui doivent démarrer les déploiements dès la fin de l’année.
En France, depuis l’ouverture du guichet « pilotes 5G » par l’Arcep en janvier 2018, les opérateurs commencent à engager des expérimentations dans neuf villes, ainsi qu’en Île-de-France, afin de faire émerger des usages pour les particuliers et les entreprises et de tester les infrastructures et équipements pour le déploiement et le développement de ce réseau de nouvelle génération, en vue d’une commercialisation à partir de 2020.
Plus globalement, au niveau Européen, le déploiement de la 5G s’inscrit dans la stratégie « Gigabit Society » de la Commission européenne adoptée en 2016, visant à atteindre en 2025 trois objectifs : offrir des connexions à 1Gbit/s à l’ensemble des acteurs socio-économiques (hôpitaux, administrations, écoles, entreprises, etc.), à 100Mbit/s minimum pour tous les foyers européens en zones rurales comme urbaines, couvrir en 5G de façon ininterrompue les zones urbaines et les principaux axes de transport.
Avec cette évolution technologique, démultiplicatrice d’usages fixes et mobiles, c’est une nouvelle chaîne d’informations et d’échanges de données dédiés aux secteurs verticaux – véhicules connectés, santé, énergie, sécurité, etc. - et aux territoires connectés qui fait déjà l’objet de scenarii de développement.
C’est aussi un ensemble d’équipements qui doit évoluer : antennes cellulaires, puces, routeurs, smartphones, tablettes, etc. Enfin, ce sont des architectures qui doivent être redessinées afin de délivrer la qualité de service annoncée (débit augmenté, latence réduite) : cloud, datacenter, plateformes.
Si la 5G constitue pour l’Europe un projet technologique et économique essentiel à la compétitivité de ses territoires, certains éléments restent à éclaircir pour appréhender les jalons qui préfigurent et conditionnent son lancement, et permettre à l’écosystème des acteurs de favoriser son adoption et son usage auprès des particuliers et des professionnels.
Dans ce sens, il est temps d’organiser une rencontre collectivités et entreprises afin de mieux identifier cette évolution réseau, comprendre ce qu’elle revêt, dissiper quelques malentendus et apporter des premières réponses aux questions suivantes :

  • Rupture dans les usages, continuité dans les réseaux : de quoi parle-t-on exactement ?
  • Quels sont les éléments de différenciation entre la 4G, la 4G LTE et la 5G, en termes d’équipements et d’architectures ?
  • Comment relever le défi du modèle économique supportable et viable pour tous et par le plus grand nombre ?
  • Vers quelle norme cellulaire s’achemine l’Europe et le monde ?
  • Pourquoi y-a-t-il coexistence de deux 5G, l’une en mode autonome (stand alone) et l’autre en mode non-autonome (non stand alone) ? Quelles sont leurs différences, cette coexistence perdurera-t-elle ?
  • Quid des réseaux FTTH et de la THD radio – Compétition ou complémentarité ?
  • Comment l’élu peut-il s’inscrire dans ce projet politique aux enjeux économiques structurants ?

PROGRAMME détaillé à venir

13h30 - Ouverture par la Mission Ecoter 

13h35 - Introduction

13h45 - 1ère partie - 5G, de quoi parlons-nous ?

Tout d’abord, qu’est-ce que la 5G ?
La 5G introduit-elle une vraie rupture ou est-elle la continuité d’une évolution technologique ?
Qu’apporte-t-elle aux utilisateurs grand public et professionnels ?
Est-elle un possible nouvel outil d’aménagement numérique du territoire ou est-elle un outil de smart city dans toute sa dimension « usages » ?
- Eléments de différenciation entre la 4G et la 5G
- 5G SA et 5G NSA, laquelle est la vraie ? Les expérimentations conduites sont-elles « full 5G » ?
- Une utilisation aussi bien en mobilité qu’en situation fixe : explication

14h30 - Snde partie - De nouvelles infrastructures

Infrastructures réseaux et mutualisation, équipements (antennes cellulaires, puces, routeurs) : quelles sont les évolutions et quelles sont les contraintes ?
Quelles sont les incidences sur les architectures actuelles et quelles sont les évolutions en cours et à venir pour répondre au développement attendu de l’IoT et des flux de données à gérer ?
Les réseaux bas débit continueront-ils de se positionner en complémentarité ?
La 5G va-t-elle être une consommatrice démesurée d’énergie ou conduire les acteurs (équipementiers) à plus d’innovation ?
Et en termes d’équipement smartphone, PC, tablettes, devrons-nous nous rééquiper et à quelle échéance ?
Quel peut-être le rôle de l’élu.e pour préparer le déploiement des infrastructures nécessaires ?

15h20 - Pause

15h30 - 3ème partie - 5G des villes, 5G des champs

La 5G est-elle exclusivement dédiée aux zones urbanisées ou trouve-t-elle sa dimension stratégique à travers le développement d’usages et de services s’inscrivant dans des secteurs verticaux qui ont vocation à « dépasser les frontières » ?
La Commission européenne précise que les zones urbaines et les principaux axes de transport devront être couverts en 5G de façon ininterrompue, pourquoi de telles priorités ?
Que faut-il attendre des cas d’usages qui vont ou sont en cours ? Quelle place pour la 5G dans la stratégie numérique du territoire en termes d’usages et services ?
Et quel peut-être le rôle de l’élu.e dans la définition d’une stratégie « usages » emportant la 5G ?

16h25 - 4ème partie - Vers quel modèle économique ?

Quelle peut-être l’incidence de la / des fréquence(s) attribuée(s) sur le coût de déploiement d’un réseau 5G ? Quelle importance aura le coût du foncier pour implanter des antennes ?
Quelle stratégie des opérateurs mobiles actuels pour valoriser la 5G auprès de leurs clients (grand public et professionnels) ?
Pourrait-on imaginer d’autres acteurs économiques devenir opérateurs 5G (nouveaux opérateurs, nouveaux acteurs en dehors du champ des opérateurs de télécoms) ?
Pourquoi faut-il fédérer un maximum d’acteurs et développer les services pour trouver un modèle économique viable ?

Très cordialement

Natalie Herrouin
Directrice administrative
Mission Ecoter
13 avenue d’Aygu
26200 Montélimar
www.ecoter.org

 

 

Mesdames, Messieurs,

  • Le 26 septembre 2018 est plus qu’une date symbolique.

Nous voici à la fin du douzième mois suivant la publication de l’ordonnance n° 2014-1090 du 26 septembre 2014 relative à la mise en accessibilité des établissements recevant du public, des transports publics, des bâtiments d'habitation et de la voirie pour les personnes handicapées, qui dote en particulier la politique d’accessibilité d’un nouvel outil : l’agenda d’accessibilité programmée (Ad’AP).

Rappelons que tous les propriétaires ou exploitants responsables d'un établissement recevant du public (ERP) qui n'avaient pas rempli leurs obligations de mise en accessibilité au 1er janvier 2015 conformément à la loi Handicap de 2005, devaient déposer un Ad’AP, engagement de réaliser des travaux dans un délai déterminé, de les financer et de respecter les règles d’accessibilité, leur permettant de poursuivre ou de réaliser l’accessibilité de leur établissement après le 1er janvier 2015, en contrepartie de la levée des risques de sanctions pénales.

Un premier bilan s’impose donc en ce jour anniversaire.
Tout juste quatre ans après sa création, le dispositif des Ad’AP obtient des résultats très encourageants : alors que moins de 50 000 ERP existants s’étaient mis en accessibilité entre 2005 et 2015, plus de 660 000 ERP sont désormais entrés dans le dispositif des Ad’AP. Construits depuis 2005 ou mis en accessibilité entre 2005 et 2015, 350 000 ERP sont accessibles. Voilà donc plus d’un million d’ERP dans le processus.
Les premiers ERP sous Ad’AP rendus accessibles commencent à être déclarés ( ce que certains gestionnaires oublient souvent de faire, pensez aux téléprocédures simplifiées) : 10 000 ERP à minima.

Mais, loin de nous reposer sur nos lauriers, ces indicateurs incontestables d’une accélération du processus de mise en accessibilité nous incitent, au contraire, à intensifier le processus de mise en accessibilité de toute la chaîne du déplacement et en particulier du cadre bâti.

Pour cela, il faudra appliquer les sanctions pécuniaires administratives prévues pour le non dépôt d’Ad’AP, ou pour la non réalisation des travaux d’accessibilité à l’encontre de tous ceux qui s’imaginent, à tort, pouvoir s’abstraire non seulement de leurs obligations légales mais aussi de leurs responsabilités de citoyen.

Il faudra aussi concentrer l’effort de persuasion et de pédagogie sur les petits ERP de proximité, ceux dits de cinquième catégorie, que sont nos commerces du quotidien et les professions libérales auxquelles nous faisons fréquemment appel.
Ce sera, demain, la mission originale des ambassadeurs de l’accessibilité, jeunes volontaires recrutés dans le cadre du service civique et qui seront, au plus près du terrain, placés auprès des communes et des intercommunalités pour leur apporter le soutien dont ces ERP de proximité ont encore manifestement besoin.

Car il faut continuer encore, et plus que jamais, à faire évoluer les mentalités, évolution indispensable à l’effectivité de la loi.
Aujourd’hui, tous les propriétaires ou exploitant responsable de la mise en accessibilité d'un établissement recevant du public (ERP) qui n'avaient pas rempli leurs obligations de mise en accessibilité le 1er janvier 2015 conformément à la loi de 2005, doivent avoir déposé leur agenda d’accessibilité programmée (Ad’AP) et avoir déjà commencé les travaux et actions de mise en accessibilité de leur ERP.
Si ce n’est pas le cas, aux termes de l’article 5 de l’ordonnance, ceux qui n'ont pas rempli leurs obligations s’exposent à se voir infliger « une amende de 45 000 euros … En cas de récidive, une peine d'emprisonnement de six mois peut en outre être prononcée. » « à compter de la fin du douzième mois suivant la publication de l'ordonnance », c'est-à-dire dès demain !

C’est dire combien il est urgent pour les retardataires de s’engager, sans plus tarder, dans une démarche responsable en déposant leur Ad’AP.

Merci à tous ceux qui l’ont déjà fait, et ils sont nombreux, dans les temps.
L’accessibilité est une ardente obligation nationale, une ambition collective qui doit être assumée pleinement.
C’est ensemble et de cette façon que nous construisons aujourd’hui, que nous construirons demain, jour après jour, une société inclusive, à la fois solidaire, fraternelle et émancipatrice.

  • Parution au Journal Officiel du 20 septembre 2018 de l'arrêté du 23 juillet 2018 traitant du dossier simplifié pour les ERP de 5ème catégorie de type M(commerces), N(restaurants et débits de boissons de moins de 50m²) et les professions libérales de cette même catégorie.

Depuis le 1er janvier 2015, tous les établissements recevant du public (ERP) qui ne sont pas accessibles aux personnes handicapées doivent entrer dans le dispositif des agendas d’accessibilité programmée (Ad’AP), en déposant un dossier auprès de l’autorité administrative compétente (préfecture ou mairie) et contenant une demande d’autorisation de travaux répartis sur une durée précise.

Or, cette procédure s’avère particulièrement compliquée pour certains des plus petits ERP- dits de cinquième catégorie -, dont les gestionnaires ont souvent peu de moyens humains, techniques et financiers pour remplir cette obligation et accomplir les démarches administratives nécessaires.

Cet arrêté introduit un nouveau formulaire Cerfa, simplifié, destiné aux commerces de proximité et aux professions libérales. Il est conçu pour répondre aux besoins et aux spécificités de ces petits ERP, en proposant à leurs gestionnaires un contenu adapté, simplifié, pédagogique et méthodique afin de les aider à élaborer une demande d’autorisation de travaux, dans le cadre du dispositif des agendas d’accessibilité programmée.

Ce formulaire Cerfa respecte la même procédure administrative que le formulaire actuel (Cerfa 13824*03) et est déposé en mairie, comme c’est le cas aujourd’hui pour les autorisations de travaux. La mairie, une fois qu’elle en a vérifié la complétude, le transmet au préfet pour l’instruction. Le dossier étant simplifié, la vérification de la complétude s’en trouve elle aussi simplifiée. En effet, le document est pensé de telle sorte qu’il contient l’ensemble des éléments et qu’il n’existe plus de pièces annexes à ajouter, exceptée(s) la ou les demandes de dérogation. Le travail de vérification s’en trouve allégé.

Le formulaire intègre à la fois une partie pédagogique synthétique, un parcours d’aide à l’élaboration du projet de mise en conformité pendant lequel le pétitionnaire est guidé pour déterminer les travaux nécessaires ainsi que les dérogations qu’il souhaite demander,  et un formulaire simplifié, partie qui correspond à une simplification du Cerfa 13824, purgé des passages qui ont pu être ressentis comme problématiques voire bloquants pour les pétitionnaires de ces ERP du quotidien.

Ce formulaire est une réponse au constat que de nombreux ERP de 5e catégorie, ERP de proximité ne sont toujours pas entrés dans le dispositif Ad’AP et restent donc sous la menace de sanctions pénales et/ou administratives.

Ce nouveau formulaire est une option mise à disposition et non une obligation, les gestionnaires ciblés ayant toujours le choix entre ce nouveau dossier simplifié et le Cerfa 13824*03.

  • Campagne gouvernementale d’alerte sur les faux sites administratifs.

En effet, chaque année, un million de personnes environ sont piégées par de faux sites administratifs. Ces sites facturent des services généralement gratuits – comme les documents liés à l’accessibilité : attestation et registres d’accessibilité dans le cadre des Ad’Ap.

Le gouvernement a lancé lundi 17 septembre une campagne pour sensibiliser les usagers aux pratiques frauduleuses – en partenariat avec la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF).

Liste de conseils :

Le ministère de l'économie et des finances publie une liste de conseils pour éviter de se faire piéger par des sites frauduleux :

  • toujours consulter en priorité le site officiel de l’administration française, qui recense les sites officiels en fonction des démarches. Des sites dont l’adresse finit toujours par « gouv.fr »ou « .fr », mais qui n’apparaissent pas nécessairement en tête lors d’une recherche en ligne ;
  • un site qui finit en « .fr » et arrive en tête n’est pas forcément légal, car certains escrocs donnent des apparences officielles à leurs pages Web. Ils peuvent utiliser des imageries associées à la République française, comme Marianne ou des couleurs bleu-blanc-rouge. Certains sites marchands achètent aussi des mots-clés pour être bien référencés parmi les résultats de recherche ;
  • vérifier si une prestation est vraiment payante, et lire les mentions légales du site, ainsi que les conditions générales de vente.

La DGCCRF est particulièrement mobilisée sur ces pratiques frauduleuses.

Vous trouverez sur le site de la Délégation ministérielle à l’Accessibilité des informations précises sur les risques de démarchage agressif et menaçant propres à l’accessibilité et la conduite à tenir lorsque l'on a été "abusé".

Cordialement,


Délégation Ministérielle à l'Accessibilité
Ministère de la Transition écologique et solidaire
Ministère de la Cohésion des Territoires
Secrétariat Général
Grande Arche Paroi sud -- F92055 Paris -- La Défense cedex

 

Madame, Monsieur,

Vous pouvez consulter le billet hebdomadaire de la FNCC n°173 en cliquant sur le lien suivant :

"Billet hebdomadaire"

 

Après une première réunion le 1er  août 2018, dans les locaux de l’Association des Maires des Hauts-de-Seine, Philippe MARTIN, Maire de Livry-Gargan et Président  de l’Association des Maires du 93 a convié, Philippe BOUYSSOU, Maire d’Ivry-sur-Seine et Président de l’association du 94 et Jacques GAUTIER, Maire de Garches et Président de l’Association des Maires du 92, au sein de l’Hôtel de ville de LIVRY GARGAN,  le lundi 24 septembre 2018.

 

 

Ce rendez-vous a permis à Philippe MARTIN d’exposer le travail accompli  pour continuer à structurer l’association des Maires du 93 et sa volonté de pouvoir proposer des informations techniques et d’intérêt général à tous les Maires de son département et aussi de pouvoir être une véritable interface avec les services de l’Etat, les opérateurs publics et privés dans son département.

Philippe BOUYSSOU et Jacques GAUTIER ont confirmé leur volonté de soutenir Philippe MARTIN pour que l’association des Maires de Seine-Saint-Denis puissent œuvrer rapidement dans les meilleurs conditions.

Les trois Présidents ont marqué leur souhait de rencontrer François BAROIN, le Président de l’Association des Maires de France,  lors de la réunion prévue le 7 octobre 2018, à l’Association des Maires de France avec l’ensemble des Présidents d’association de Maires d’Ile-de-France.

Dans un contexte, où une  forte  pression budgétaire  est exercée sur les communes et que  la complexité administrative de la capitale avec ses différentes strates devient incompréhensible par les populations,  Philippe MARTIN , Philippe BOUYSSOU et Jacques GAUTIER  veulent saisir le Président de la République.

Vous pouvez consulter, en fichier joint le communiqué de presse rédigé à l'issue de cette rencontre.

Mesdames, Messieurs,

Nous vous prions de trouver en pièce jointe le rapport d'activité 2017 du dispositif Femmes Victimes de Violences 92.

Les 4 associations restent à votre disposition pour vous rencontrer.

Nous vous prions de recevoir, Mesdames, Messieurs, nos respectueuses salutations.

Pour le dispositif FVV 92

Olivier BONNAC

Directeur de l’ADAVIP 92

Pièces jointes :
Télécharger ce fichier (Rapport d'activité 2017.pdf)Rapport d'activité 2017.pdf2850 kB

Madame,Monsieur,

Vous pouvez consulter la NEWSLETTER N°2 En cliquant sur lien suivant : Newsletter

 


Si vous avez des difficultés pour visualiser ce message, consultez la copie web

 
 

Acteurs publics TV

 

Les Rencontres des acteurs publics

 
 
 
 
  
 
 

LES SERVICES PUBLICS À L’HEURE DE LA « COCONSTRUCTION »

 
 
 

Parce que les services publics de demain devront être innovants et entièrement tournés vers les usagers, comment les coconstruire avec eux et les agents ? « Design thinking », participation citoyenne, engagement… Comment ces démarches peuvent‑elles changer les rapports entre l’État et la société civile ?

 
 
 

Avec les interventions de :

 
 
 
 

Paula Forteza

Paula Forteza,
députée LREM des Français de l’étranger

 
 
 

Akim Oural

Akim Oural,
adjoint à la maire de Lille, conseiller à la métropole européenne de Lille à l’économie numérique

 
 
 

Timothée Paris

Timothée Paris,
rapporteur de la section de l’intérieur, Conseil d’État

 
 
 
 
 
 

LA WEB TV DU MANAGEMENT PUBLIC - ÉTAT - COLLECTIVITÉ - HÔPITAL

RETRANSMISSION - PROGRAMMATION - PRODUCTION - DIFFUSION

 
 


Pour ne plus recevoir d'informations, merci de cliquer sur le lien suivant : se désinscrire

counter